août 222009
 

faces-everywhere-buttons-switcher

Do you see see faces everywhere and in everything ? Welcome in my world !

Now you are part of it, I can tell you one thing : you are not alone anymore. There is you and faces gazing back at you. When you do not pay attention, all these faces that exist around you are rarely noticed. They silently observe all your deeds. But when you start seeing theses faces, you see them everywhere and you can’t stop seeing them. It’s like a curse. They look at you straight in the eye, with a funny frozen expression. Don’t be scared, most of them are friendly. I know some of them can be terrifying but that’s your problem after all, no one asked you to find them.  If you don’t see the faces in the pictures below, I can’t do anything for you. Your lack of imagination is beyond me.

faces-in-everything-bus

faces-everywhere-house

faces-everywhere-dealer

faces-everywhere-knuckles

faces-everywhere-log

faces-everywhere-radio

faces-in-everything-oven

faces-in-everything-tube

faces-in-places-buckle

faces-in-places-flower

You want more ? [FacesEverywhere, Facesinplaces, Yeee]

Don’t worry, according to scientists, seeing faces everywhere and in everything is normal. [NYTimes]

août 152009
 

Comment transformer 15 femmes en bikini en un synthétiseur géant ?

Le compositeur de musique électronique Calvin Harris est certainement un maître dans l’art d’associer les éléments qui me plaisent : de la musique, des filles en bikini et de la technologie. Le mieux, c’est que ce n’est pas n’importe quelle fille qu’il est arrivé à avoir en bikini. Non, mon bon monsieur. Il a eu des danseuses… rien que pour lui. Comment s’y est-il pris  ?  Regardez un peu comme son plan était  machiavélique et parfait.

Il explique au début de la vidéo qu’il souhaite utiliser de la peinture  conductrice pour créer un synthétiseur humain. Pour info, (et c’est là que ce mec est un génie), les filles ne sont pas en bikini pour faire jolie, mais pour éviter que les vêtement via le frottement ne coupe le circuit. Les filles se tiennent sur une sorte de tapis et quand elles touchent une autre personne reliée à un autre tapis, elles ferment le circuit et produisent un son. Pour arriver à faire de la musique ainsi, il a utilisé des danseuses (ce qui explique leur parfaite plastique). Le résultat est devant vous. Superbe.

Voici le Making of pour ceux qui n’ont toujours pas compris comment ça fonctionnait :

Dommage qu’il ne se contente que des mains et pieds comme conducteurs…

[via Gizmodo]

août 082009
 

Si vous ne connaissez pas encore Playing For Change, attendez-vous à être agréablement surpris. L’idée de Mark Johnson est simple : faire jouer ensemble des musiciens qui ne se connaissent pas, qui habitent aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Europe ou en Afrique, le tout sans qu’ils se rencontrent. Comment ? Il a prit son sac à dos et ses micros et il a parcouru le monde entier. Sur sa route, il a croisé divers musiciens de rue, des chorales, des artistes accomplis et il leur a demandé de jouer un morceau qu’il pourra ensuite compléter avec un autre instrument enregistré dans un autre pays, par un autre musicien. Une fois rentré chez lui, il a réuni ses enregistrements pour créer un disque sublime et des vidéos extrêmement fortes. Pourquoi fait-il ça ?

Il a créé la fondation Playing for Change. Son but est  d’essayer de rassembler par la musique. Elle se charge de fournir des infrastructures et des programmes éducatifs aux musiciens et aux communautés dans le monde.

Pour finir de vous convaincre, un autre morceau de musique intitulé Don’t Worry composé par Pierre Minetti et interprété par des musiciens du monde entier :

War/No More Trouble de Bob Marley interprété par des musiciens inconnus du monde entier (à part peut-être Bono, chanteur dans un groupe irlandais qui pourrait éventuellement remplir une salle) :

Un extrait du documentaire Playing for Change – Peace through Music :

Maintenant, vous avez peut-être envie d’acheter le CD et de faire une bonne action en même temps puisque l’argent servira à ouvrir des écoles de musique dans le monde : Songs around the World: Playing for Change.

Leur site [Playing for Change]

août 012009
 

Try looking  for Banksy on the Internet, and as in Terry Gilliam’s movie Lost in La Mancha, you’ll never get close to the man. It sucks, but that’s life. So instead of telling you who is Banksy or write stuff like « Banksy is great, Banksy is a genius », I’ll just say something i’m sure : Banksy doesn’t want you to know who he is. Today, the only little thing we know about the guy  is through his pieces of art. That is quite odd in itself as you certainly know most artists want you to know them more than their production. We are living in a world where we have to know the artist before knowing his work. We have to appreciate the artist to appreciate the work. Here, we only have the work and no artist.  Is Banksy a woman ? Is (s)he alone ? Is Banksy the name for a collective ? Can a (wo)man alone be as creative as him (her) ? Who cares ?

Continue reading »

juil 252009
 

Si je vous parle d’un arbre musical aujourd’hui, ce n’est pas parce que  je suis devenu un écolo militant qui se défonce en écoutant de la musique créée par un geek américain qui a de la meilleure drogue que moi.  La preuve, pour composer son morceau, Diego Stocco a utilisé un  taille crayon pour modifier le son des branches et des brindilles se trouvant sur l’arbre dans son jardin. Ce sont d’ailleurs ces branches et ces brindilles  qui lui ont donné l’envie d’essayer de créer un morceau de musique en utilisant l’arbre. Il n’a pas modifié les sons, tout ce que vous entendez a été enregistré tel quel. Il a secoué les branches et les feuilles, tapé sur le tronc etc… Bon, le résultat n’est pas transcendant non plus, mais à quoi vous vous attendiez ? Il a composé sa musique en utilisant un arbre. C’est en écoutant ça qu’on se rend compte du talent des luthiers… et des compositeurs.

Pour télécharger ce morceau  gratuitement en HD.

[Behance via Vimeo]

juil 082009
 

controlfreak2

L’artiste néerlandais, et néanmoins joufflu, Olivier Otten nous invite à le manipuler via une série de vidéos interactives. C’est suffisament rare pour être signalé. En plus, aucune indication n’est donnée. Le visiteur doit donc trouver comment et à quel moment interagir avec lui. Sur les 13 vidéos proposées, il y en a plus de la moitié qui valent franchement le coup. Ce genre de procédé devient de plus en plus simple à réaliser et on peut donc facilement imaginer que les sites amateurs utiliseront cet artifice avec plus ou moins de brio. A vous de vous faire votre propre opinion maintenant. [SelfControlFreak via EverlastingBlort]

juin 302009
 

Regardez ce clip et vous comprendrez pourquoi c’est mon coup de cœur du moment. Il mélange des univers que j’adore. Tout d’abord, il y a un grand lit. J’adore les lits. En plus, il y a une fille dans ce lit.  J’adore les filles dans les lits. Et ensuite, il y a cette animation en stop motion où le lit devient un cadre dans lequel un décor défile. Ça me fait penser à une fenêtre de jeu vidéo et j’adore les jeux vidéo. Il y a aussi la musique, douce et mélodique, servie par une voix juste. J’aime la justesse. Par contre, il y a un mec barbu qui vient dans le lit avec la jolie rousse, il la suit, lui prend la main et danse même avec elle. Enfoiré, tu vas la lâcher oui !  Continue reading »