jan 092010
 

Voici le projet artistique d’une étudiante néerlandaise qui se demande comment l’espace publique peut devenir privé. Elle s’est donc installée dans un ascenseur et a fait comme chez elle pendant une journée entière. Quand je dis « comme chez elle », c’est vraiment comme chez elle : une table, une cafetière, des lampes, des étagères, un  téléphone pour commander des pizzas etc. Tout y est ! Même le papier-peint (ce qui pour moi représente un réel aboutissement dans son projet.

Les réactions des gens sont assez différentes. Mais je suis assez étonné de voir que certains utilisateurs acceptent d’entrer dans ce mini-appartement temporaire et utilise l’ascenseur comme si de rien n’était. Il lui tourne le dos, comme s’ils ne la voyaient pas. Elle a aussi filmé un autre projet où elle porte une robe immense sur laquelle les gens ont le choix de contourner, de marcher ou de s’asseoir dessus dans le métro. [Elke]

blogliftoverz6

Starting early one morning (and staying until late that night), an industrious Dutch art student transformed a simple small elevator space into the epitome of a cozy apartment – complete with table, coffee maker, lights, books, shoes, slippers, shelves, hangers, a clock, mirror and the makings of a series of meals (as well as a phone to place an order for pizza delivery in the evening). [Dornob]

For this performance I lived one day (and night) in a public elevator. In this elevator I made my home. Because of this I made my private space temporarily public. [Lift Project]

Starting early one morning (and staying until late that night), an industrious Dutch art student transformed a simple small elevator space into the epitome of a cozy apartment – complete with table, coffee maker, lights, books, shoes, slippers, shelves

, hangers, a clock, mirror and the makings of a series of meals (as well as a phone to place an order for pizza delivery in the evening).

jan 042010
 

are-you-human-silver-650x432

« Êtes-vous humain ? »

« Veuillez taper les lettres dans l’espace ci-contre. »

C’est ce que vous pouvez lire la plupart du temps pour valider un commentaire. Si vous êtes humain, vous faites ce qu’on vous a demandé et votre commentaire est alors posté. Si vous êtes artiste, vous faites une capture mental du CAPTCHA parce que vous le trouvez beau. Si vous êtes Arham Bartoll, alors vous en faites une véritable capture et vous le reproduisez sur une plaque métallique que vous faites ensuite découper au laser avant de  l’exposer sur les murs d’une galerie.

ayh-1-500

ayh-3-500

ayh-5-500

4046729352_d9bffcf4b0

Et comme l’art est libre, vous décidez aussi de faire des pochoirs des plus beaux CAPTCHA que vous avez trouvés pour les peindre sur les murs. Et vous allez jusqu’à les mettres sur vos cartes de visites.

ayh-7-500

arham-bartoll

arham-bartoll2

arham-bartoll3

Il y a une chose que je trouve inhumaine dans son projet, c’est de ne pas inclure un champ dans lequel on peut écrire ce qui est écrit dans le CAPTCHA. C’est frustrant à la fin !

Au fait, savez-vous ce que signifie le mot CAPTCHA ?

Completely Automated Public Turing test to Tell Computers and Humans Apart, soit en français, « test public de Turing complètement automatique ayant pour but de différencier les humains des ordinateurs ».

Are You human ? [Datenform] via [TheLetter]

déc 182009
 

installation_pic58 Lungomare 9 Maggio, Bari, Puglia, Italy

Au hasard des rues, peut-on trouver de l’art ? La réponse est : « Oui, si on prend le temps de regarder. » D’ailleurs, il n’y a même pas besoin d’être photographe pour réaliser de superbes clichés. Prenez par exemple, les voitures Google qui ont parcouru le monde pour photographier nos rues et ajouter une fonction Street Views à l’excellent  logiciel de géolocalisation qu’est Google Maps. Ces voitures sont capable de réaliser des clichés artistiques.

Jon Rafman, un artiste américain a cliqué comme un fou dans Google Street Views et a sélectionné les clichés qu’il trouvait les plus artistiques. Je dois avouer que je suis bluffé. Je savais qu’il y avait des sites spécialisés pour débusquer les images insolites de Street View, mais personne n’avait jusqu’alors cherché la beauté. Il a exposé les photos prises par les voitures Google dans une galerie et propose en ligne le téléchargement de 3 fichiers PDF avec les plus beaux clichés qu’il a trouvés. Franchement, rien que pour la photo de l’homme nu face à la Méditérranée, j’applaudis sa recherche.

installation_pic0

installation_pic1

installation_pic3

installation_pic4

installation_pic-c

[Jon Rafman]

One year ago, I started collecting screen captures of Google Street Views from a range of Street View blogs and through my own hunting. This essay illustrates how my Street View collections reflect the excitement of exploring this new, virtual world. The world captured by Google appears to be more truthful and more transparent because of the weight accorded to external reality, the perception of a neutral, unbiased recording, and even the vastness of the project. At the same time, I acknowledge that this way of photographing creates a cultural text like any other, a structured and structuring space whose codes and meaning the artist and the curator of the images can assist in constructing or deciphering. [Art Fag City]

Pour télécharger les fichiers PDF [GoogleStreetViews]

déc 042009
 

mark_jenkins-street-installation-009

English version below…

Mark Jenkins est un artiste américain que j’ai découvert il y a quelques mois sur Internet. J’étais tombé sur plusieurs photos de ses installations de rue. Je crois que j’aime par dessus tout cet art à la limite de la légalité, un peu comme celui de Banksy, qui fait que l’artiste devient une personne recherchée, un fauteur de troubles sur la voie publique. Mais en même temps, on ne peut nier que cet art, loin des salles des musées, arrive aussi à provoquer un questionnement chez le spectateur. Les thèmes abordés par Jenkins sont assez divers, mais je ne peux m’empêcher de penser que ses œuvres traitent de l’indifférence. Si on regarde bien celle avec les membres humains qui sortent du sac poubelle, ou la femme endormie dans son lit en pleine rue,on est immédiatement interpellé par cette drôle de présence. Ces personnages sont assez bien faits pour qu’on se demande s’ils sont vivants et pas assez pour que le doute dure trop longtemps. J’adore. [Tapesculpture] & [Mark Jenkins]

Mark Jenkins is an American artist most widely known for the street installations he creates using box sealing tape. He maintains the Website tapesculpture.org and teaches his tape casting process in workshops in the cities he visits. Mark Jenkins said the following about the illegal aspects of street art during an interview with art critic Brian Sherwin, « There is opposition, and risk, but I think that just shows that street art is the sort of frontier where the leading edge really does have to chew through the ice. And it’s good for people to remember public space is a battleground, with the government, advertisers and artists all mixing and mashing, and even now the strange cross-pollination taking place as street artists sometimes become brands, and brands camouflaging as street art creating complex hybrids or impersonators. I think it’s understanding the strangeness of the playing field where you’ll realize that painting street artists, writers, as the bad guys is a shallow view. As for the old bronzes, I really don’t see them as part of what’s going on in the dialogue unless addressed by a new intervention.

mark_jenkins-street-installation-015

mark_jenkins-street-installation-014

mark_jenkins-street-installation-013

mark_jenkins-street-installation-012

mark_jenkins-street-installation-011

mark_jenkins-street-installation-010

mark_jenkins-street-installation-008

mark_jenkins-street-installation-007

mark_jenkins-street-installation-006

mark_jenkins-street-installation-005

mark_jenkins-street-installation-004

mark_jenkins-street-installation-003

mark_jenkins-street-installation-002

mark_jenkins-street-installation-001

oct 062009
 

Women in Art is a video made by Philip Scott Johnson. It collects 90 different portraits of Women painted by artists over a period of 500 years ! Philip Scott Johnson seems to like the morphing effects and It is really amazing to see how women were represented through Art. The representation of women is an element which has certainly been studied but which deserved a visualization. Now this is done.I really like the morphing effect, it is hypnotizing and I must admit it works very well here.

Music: Bach’s Sarabande from Suite for Solo Cello No. 1 in G Major, BWV 1007 performed by Yo-Yo Ma.

Philip Scott Johnson has done some more videos using morphing. Its subjects goes from 60 years of Female Stars on the CBS Television Network, to Landscapes, via Self-portraits in Art. The results are inequals.

To stay on the subject of this post, here is another video using morphing, this video is called :

80 Years of Female Actresses in Cinema

Mary Pickford, Lillian Gish, Gloria Swanson, Marlene Dietrich, Norma Shearer, Ruth Chatterton, Jean Harlow, Katharine Hepburn, Carole Lombard, Bette Davis, Greta Garbo, Barbara Stanwyck, Vivien Leigh, Greer Garson, Hedy Lamarr, Rita Hayworth, Gene Tierney, Olivia de Havilland, Ingrid Bergman, Joan Crawford, Ginger Rogers, Loretta Young, Deborah Kerr, Judy Garland, Anne Baxter, Lauren Bacall, Susan Hayward, Ava Gardner, Marilyn Monroe, Grace Kelly, Lana Turner, Elizabeth Taylor, Kim Novak, Audrey Hepburn, Dorothy Dandridge, Shirley MacLaine, Natalie Wood, Rita Moreno, Janet Leigh, Brigitte Bardot, Sophia Loren, Ann Margret, Julie Andrews, Raquel Welch, Tuesday Weld, Jane Fonda, Julie Christie, Faye Dunaway, Catherine Deneuve, Jacqueline Bisset, Candice Bergen, Isabella Rossellini, Diane Keaton, Goldie Hawn, Meryl Streep, Susan Sarandon, Jessica Lange, Michelle Pfeiffer, Sigourney Weaver, Kathleen Turner, Holly Hunter, Jodie Foster, Angela Bassett, Demi Moore, Sharon Stone, Meg Ryan, Julia Roberts, Salma Hayek, Sandra Bullock, Julianne Moore, Diane Lane, Nicole Kidman, Catherine Zeta-Jones, Angelina Jolie, Charlize Theron, Reese Witherspoon, Halle Berry

Music: Bach’s Prelude from Suite for Solo Cello No. 1 in G Major, BWV 1007 performed by Yo-Yo Ma

[Philip Scott Johnson]

oct 052009
 

Bon Yurt, un artiste pop Colombien, a fait appel aux meilleurs gâchettes des clubs de Paintball pour réaliser une toile de Marylin Monroe peint uniquement avec la peinture des pistolets de Paintball. Sous la direction du Maître, les fous de la gâchette s’en sont donné à coeur joie pour tirer le portrait de la blonde. Le résultat est à la hauteur des espérances : une sorte de pointillisme mêlée de happening aux couleurs flashy. La performance est absolument ahurrissante, voir 3 rangées d’hommes armées et masqués en train de peindre un portrait pop art de Marylin Monroe en moins d’une minute est intrigant. C’est franchement le genre de performance que j’aimerai voir plus souvent sur les lieux de conflits.  [Bon Yurt via Neatorama]